Stellant est à toute vitesse, la fusion entre FCA et PSA obtient le feu vert

Une nouvelle étape décisive est franchie en ces heures vers la création de Stellantis, la nouvelle réalité issue de la fusion de FCA (Fiat Chrysler Automobiles) et PSA (propriétaire des marques Peugeot, Citroën, DS Automobiles, Opel et Vauxhall Motors) . L’opération a obtenu l’approbation de 99,85% des actionnaires de PSA présents à l’assemblée et dans l’après-midi elle procédera avec le feu vert de l’assemblée générale de la FCA.

Selon Louis Gallois, président du conseil de surveillance de PSA, la fusion avec FCA, bien que «non indispensable à court terme», représentait une opportunité à saisir, notamment «pour faire face au défi du véhicule électrique et de son financement. Il sera plus facile à fabriquer. Des batteries compétitives avec un «marché domestique» d’environ 8 millions de voitures. De plus, les deux sociétés ont une complémentarité géographique exceptionnelle: PSA est forte en Europe, FCA est forte en Amérique du Nord et du Sud. “

Carlos Tavares, président du directoire du groupe PSA et prochain PDG de Stellantis, a qualifié la transition de “moment historique” et a évoqué des synergies pour 5 milliards par an.

“Les groupes FCA et PSA sont en bonne santé et seront plus forts ensemble”, a ajouté Tavares, illustrant une réalité qui naîtra “avec une situation financière solide depuis sa création”. L’opération permettra une forte complémentarité au niveau technologique mais aussi dans les véhicules autonomes, et la taille du nouveau-né permettra de diluer les risques tant en termes de recherche et développement que d’investissements.

“La forte complémentarité entre PSA et FCA permet de créer le troisième constructeur automobile mondial en termes de chiffre d’affaires et le quatrième en termes de volume”, a déclaré Tavares. “Si l’on considère les données pour 2019 dans son ensemble, le groupe qui naîtra de la fusion produira 10 millions de voitures dans le monde et réalisera un chiffre d’affaires de 167 milliards d’euros”, a-t-il ajouté.

Intéressé par cette fusion, d’un montant de 43 milliards, 400 000 salariés (le business plan sera dévoilé d’ici l’été). Stellantis sera basé aux Pays-Bas, avec Exor comme principal actionnaire avec 14,4%; Peugeot aura 7,2%, l’Etat français 6,2% et les Chinois de Dongfeng 5,6%. Le président du groupe sera John Elkann, tandis que Robert Peugeot occupera le poste de vice-président. Carlos Tavares aura à la place le poste de PDG.

.