Microsoft Surface Go 2: la recette gagnante ne change pas

La première génération de Surface Go, le plus petit 2-en-1 de Microsoft,
A été officiellement lancé sur le marché en juillet 2018.
un peu moins de 2 ans, début mai 2020, la société américaine ne
a présenté la deuxième génération cette petite modification en laissant inchangé
dimensions externes et fonctionnalité avec des différences marginales qui améliorent
produit sans affecter la substance.

[HWUVIDEO=”2967″]Microsoft Surface Go 2: la recette gagnante ne change pas[/HWUVIDEO]

En fait, on trouve une mise à jour côté processeur, avec maintenant l’option
d’un modèle Intel Core m3 qui rejoint le processeur Pentium Gold 4425Y (léger
mise à niveau du modèle Pentium Gold 4415Y utilisé dans le premier
génération), avec un écran allant de 10 à 10,5 pouces de
diagonale tout en conservant la résolution de 1800×1200 pixels et la relation entre les deux
côtés de 3: 2. Il existe deux options pour la mémoire et le stockage: l’entrée
fournit 4 Go pour le système et 64 Go pour le stockage (type eMMC), tandis que le plus
rich combine 8 Go de mémoire système avec 128 Go de SSD: ce dernier est le seul
accessible avec le processeur Core m3, modèle pouvant également être fourni avec
Connectivité LTE.

Modèle

prix
Pentium
4425Y – WiFi 4 Go – 64 Go
469,00 €
Pentium
4425Y – WiFi 8 Go à 128 Go
639,00 €
Noyau m3 –
WiFi 8 Go à 128 Go
729,00 €
Noyau m3 –
LTE 8 Go à 128 Go
839,00 €

Les prix officiels ont tendance à varier considérablement: pour ces
il faut ajouter la couverture optionnelle avec clavier,
Vendu 99 € ou 129 € selon le type de finition. Voici les listes de prix
agents pratiqués par Microsoft sur son site internet mais ce n’est pas difficile
obtenir des rabais, en particulier sur les modèles moins chers, ainsi que del
le reste arrive pendant un certain temps à toute la famille des solutions Surface.

Modèle

Surface
Aller 2
Surface
Aller
écran10,5 pouces, touchez10 pouces, toucher
résolution1 800 x 1 2001 800 x 1 200
CPUIntel Pentium Gold 4425Y
Intel Core m3-8100Y
Intel Pentium Gold 4415Y
connectivité WiFi, 802.11axWiFi, 802.11ac
mémoire système4,8 Go4,8 Go
espace de rangement64 Go (eMMC), 128 Go (SSD)64 Go (eMMC), 128 Go (SSD)
batterie26,12Wh26,12Wh
O.S.Windows 10 Famille SWindows 10 Famille S
poids544 grammes522 grammes
jemicro SDXC
USB Type-C
Surface Connect
prise casque
micro SDXC
USB Type-C
Surface Connect
prise casque
caméra vidéo5MP avant
8MP arrière
5MP avant
8MP arrière
Bluetooth5,04.1
dimensions245x175x8,3 mm245x175x8,3 mm

En regardant la fiche technique de Surface Go 2 par rapport à celle de
les prédécesseurs apparaissent comme les seules différences mentionnées ci-dessus: processeur et
diagonale de l’écran. La mise à niveau de la plate-forme matérielle a permis
pour implémenter une carte réseau WiFi 6 (802.11ax), alors que nous trouvons les deux
Caméras 5MP et 8MP déjà présentes dans la première génération. Rien ne change pour
les ports de connexion alors que le système d’exploitation installé en standard est que
Windows 10S peut être mis à niveau gratuitement vers Windows 10 Famille.

Design inchangé donc, centré sur une structure métallique à l’emblématique
béquille arrière que Surface Go a empruntée à la gamme Surface Pro
la partie supérieure abrite le bouton d’alimentation et les deux interrupteurs pour
réglage du volume; le connecteur USB est situé sur le côté droit
Type-C, la prise casque et le Surface Connect pour l’alimentation ou un
station d’accueil externe. Enfin, derrière la béquille, il y a la fente pour le
carte mémoire micro SDXC, utile pour étendre le stockage embarqué.

Nous avons dit que le couvercle du clavier est en fait un accessoire
achat requis pour Surface Go 2: il valorise son potentiel,
en le transformant d’une tablette en un PC portable à part entière. La réponse est
similaire à celle obtenue avec la couverture des modèles Surface Pro même si le
des dimensions plus petites le rendent légèrement plus flexible et donc moins
précis. Les touches sont plus petites que la normale mais après un processus initial
essayez, il n’est pas difficile d’atteindre votre vitesse de frappe habituelle. Là
La finition Alcantara a longtemps été adoptée par Microsoft pour ces accessoires
de la famille Surface: la qualité perçue est très bonne et appréciable
l’intégration de tous les contrôles en haut, y compris ceux de
contrôle de l’éclairage de l’écran ainsi que du rétroéclairage
des touches du clavier.

La deuxième génération de Surface Go opte également pour un système de
refroidissement complètement passif: le choix d’utiliser un processeur avec
Le TDP de seulement 5 watts ne permet certainement pas de se démarquer en termes de performances
vitesse mais ne nécessite pas l’utilisation d’un ventilateur. L’opération est
donc totalement silencieux dans toutes les conditions d’utilisation, caractéristique
sans aucun doute très intéressant qui rapproche Surface Go 2 du monde de
tablette que celle des ordinateurs portables.

Le processeur Intel Pentium 4425Y touche à pleine charge après une utilisation
continue dans le temps, la température de 60 degrés maintenant la température stable
fréquence d’horloge sur la valeur 1,7 GHz, la valeur par défaut: dans ce processeur Intel
n’a pas mis en œuvre la prise en charge de la technologie Turbo Boost. Consommation détectée pour
le processeur fait un peu plus de 4 watts, donc tellement aligné sur le TDP
déclaré comme utilisant complètement un système de refroidissement
passif.

Le châssis métallique permet de dissiper le peu de chaleur générée par le processeur
Intel Pentium 4425Y, en gardant un sur la surface de Surface Go 2
température légèrement supérieure à la température ambiante. Même en utilisant le
processeur à 100% de son potentiel pendant longtemps, modalité de
certainement pas celle typique d’un produit comme celui-ci, la température reste
contenu et ne crée pas de problèmes d’utilisation.

Nous ne pouvons pas demander à Surface Go 2 un niveau de performance
comparable à celui des modèles d’ordinateurs portables traditionnels: le processeur TDP
Pentium 4425Y est de 5 Watt, donc égal à 1/3 de celui de 15 Watt typiquement
combiné avec les processeurs adoptés dans les ordinateurs portables traditionnels et les 2-en-1. Là
Le processeur Pentium 4425Y a une fréquence d’horloge de 100 MHz supérieure à
celui du modèle Pentium 4415Y adopté dans Surface Go: on peut donc dire
qu’avec la nouvelle génération, peu ou rien ne change du côté des performances
que précédemment offert.

Sur le terrain le comportement est valide: il y a une puissance adéquate pour assurer une bonne
productivité dans les scénarios d’utilisation qui sont généralement ceux dans lesquels un 2-en-1
si compact qu’il est utilisé. Ne lui demandons pas de retouche vidéo et photo, mais
pour naviguer, gérer les e-mails, traiter les textes et gérer tout
nos contacts Surface Go 2 est plus que convenable. Optez pour une version avec
Le processeur Intel Core m3-8100Y permet d’obtenir la fréquence d’horloge
supérieure, grâce à la présence de la technologie Turbo Boost, et une
impact du cache L2 passant de 2 Mo à 4 Mo: les différences réelles sont
cependant limité et pas de nature à faire percevoir l’utilisateur significatif
différence de performance entre les deux processeurs.

Aucun problème dans l’analyse du signal WiFi et la vitesse du port
USB Type-C: dans le premier cas on trouve des valeurs très élevées justifiées précisément
par la présence d’un sous-système de réseau WiFi 6, alors que dans le second nous sommes
aligné avec les ordinateurs portables avec interface USB Type-C 5 Gbps.

Surface Go 2 est livré avec le système d’exploitation Windows 10S, une solution qui
vous permet d’utiliser uniquement les applications téléchargeables depuis le magasin
Microsoft. Nous avons effectué des tests d’autonomie de la batterie en utilisant ce
système d’exploitation, rendant les mesures convertissant également
installation dans un Windows 10 Famille standard. Les différences de temps sont
très faible, attribuable à la marge d’erreur classique pour tester cette
type: l’autonomie globale est valable, compte tenu du peu plus de
26Wh de la batterie intégrée.

L’alimentation fournie a une puissance de 24 watts et se connecte via
Connecteur de surface, comme cela s’applique à tous les modèles de la gamme. Là
Le port USB Type-C peut également être utilisé pour recharger la batterie,
option particulièrement intéressante lorsque vous ne l’avez pas disponible
l’alimentation Surface mais uniquement un Type-C couplé par exemple avec le vôtre
téléphone intelligent.

La Surface Go 2 est construite autour d’un écran 10,5 pouces au format 3: 2 et avec une résolution native de 1920×1280 pixels, donnant lieu à une définition de 220 pixels par pouce. Étant un système qui peut également être utilisé comme tablette, les cadres, pour des raisons de convivialité et de praticité, ne sont pas trop petits et vous permettent donc de supporter confortablement l’appareil sans donner de commandes involontaires. L’écran est de type IPS pour assurer un excellent angle de vue:
la finition brillante de l’écran est un peu facilement victime des reflets extérieurs.

Nous commençons l’analyse de l’affichage comme toujours à partir de la vérification de l’équilibre des composantes RVB sur toute l’échelle de gris. On voit un comportement qui frôle l’excellence, avec des composants vraiment bien dosés et seulement quelques petites incertitudes dans le domaine des très faibles lumières où, au niveau perceptif, la chose est presque négligeable. Il en va de même pour les faits saillants.

La progression tonale en résulte, analysant la courbe gamma, sensiblement correcte, avec seulement les tons moyens légèrement plus foncés que nécessaire, mais en tout cas sans conséquences particulières sur le rendu de l’écran. La luminance maximale dépasse légèrement 400 bougies par mètre carré et le noir se situe sur la valeur de 0,27 bougie par mètre carré: le rapport de contraste natif résultant est de presque 1460: 1, respectable pour un panneau de cette catégorie .

En passant à l’analyse chromatique on voit une gamme bien adhérente à la référence sRGB / REC.709: au-delà de l’extension qui décrit donc une saturation correcte des couleurs, on voit aussi une bonne correspondance du primaire et du complémentaire par rapport aux références, ce qui suggère un bon niveau de fidélité des couleurs. Le point blanc se comporte également très bien, comme nous l’avions déjà remarqué avec l’analyse des composants RVB.

La mesure de la fidélité chromatique représente en un certain sens une synthèse des analyses menées jusqu’à présent: on observe ici un comportement véritablement de haut niveau, comme les analyses précédentes nous l’avaient déjà suggéré. Le bon équilibre RVB, l’extension correcte du gamut et la progression correcte de la courbe tonale contribuent tous à ces résultats, avec un DeltaE qui reste à de bonnes valeurs, ne dépassant que la “limite” de 3 dans quelques cas. Il faut donc faire avec un panneau de qualité, certainement pas conçu pour une production professionnelle
compte tenu de l’utilisation cible de ce produit et de la puissance limitée
de calcul, mais de respect et de performance absolus dans un appareil aussi compact.

Lors de ses débuts sur le marché, il y a environ 2 ans, Surface Go l’avait
positivement surpris: au moment de l’analyse, avec une revue publiée dans

cette adresse, nous avions confirmé les premières impressions sur le terrain. Ère
le produit qui manquait à Microsoft dans sa gamme de solutions Surface,
à la fois dans la taille et dans le prix d’achat: un 2-en-1 construit avec
même niveau de soin et de robustesse que les solutions Surface Pro sous une forme
facteur plus compact qui favorise la transportabilité.

Dans la transition vers la deuxième génération, Microsoft reste en fait inchangé
une recette gagnante: les dimensions extérieures ne changent pas, l’écran gagne
un demi-pouce de diagonale grâce à des cadres légèrement plus petits, je
les processeurs sont sujets à des changements marginaux et le réseau WiFi est désormais de type 6.
Ce sont tous des changements intéressants et appréciables, mais pour ceux qui les ont déjà
Surface Go est un peu trop petit pour penser à une mise à jour de la série
2.

La gamme Surface Go 2 convient aux utilisateurs à la recherche d’une solution
pratique et flexible, car il est dans la nature des appareils 2 en 1, à placer côte à côte
à un PC principal. Pour une certaine typologie d’utilisateurs, il peut s’agir du premier e
PC unique: nous pensons à ceux qui n’ont pas besoin de traitement particulier et qui veulent
quelque chose de compact, ou aux étudiants qui doivent maintenant avoir un
carnet. Pour tous, Surface Go 2 est un choix absolu
recommandé, évidemment si le budget le permet. Le conseil est
pour se tourner vers la version avec 8 Go de mémoire et 128 Go de SSD, celle ici
à l’essai, car il offre le meilleur équilibre entre fonctionnalité et coût.

Surface Go 2 est également recommandée, en raison de sa taille compacte, pour qui
recherchez un ordinateur portable 2 en 1 pour travailler avec un poste de travail ou un PC puissant
bureau. Lorsque vous êtes loin de votre lieu de travail, Surface Go 2 peut
bien remplir toutes les fonctions traditionnelles de productivité personnelle,
assurer une bonne autonomie de la batterie et la qualité d’un petit écran
très bien fait.

[HWUVIDEO=”2967″]Microsoft Surface Go 2: la recette gagnante ne change pas[/HWUVIDEO]

Il y a quelques dérogations en termes de puissance à considérer
calcul: l’utilisation de processeurs avec 5 Watt TDP n’autorise pas Surface Go 2
être aussi bon que les autres 2-en-1 plus traditionnels en taille,
ne demandez donc pas la réactivité et la disponibilité d’un notebook haut de gamme.
D’autre part, cette fonctionnalité matérielle permet à Surface Go 2 d’être
toujours totalement silencieux pendant l’utilisation: il n’y a pas de ventilateur
refroidissement qui tourne. Et c’est peut-être la caractéristique technique qui
convainc avec Surface Go 2, un petit 2-en-1 qui s’adapte à presque tous
comment l’utiliser, ce qui le rend idéal pour ceux qui ont besoin de travailler avec
applications Web hors de la maison ou du bureau, ou tout simplement
divertissez-vous en consultant des données et des informations ou en regardant les dernières séries de
diffusion.

.