Chaos WhatsApp, le garant de la confidentialité se déplace: des informations peu claires

Un véritable tollé s’est déchaîné autour de WhatsApp ces dernières semaines, après que la société ait changé ses conditions et sa politique de confidentialité en exigeant le partage de données avec Facebook (sa société mère), sous peine d’impossibilité d’utilisation l’application. Comme souligné immédiatement et souligné dans une nouvelle dédiée, il s’agit d’une mesure qui n’intéresse pas l’Europe. Ou plutôt, les conditions doivent être acceptées pour continuer à utiliser le service, mais l’étendue de l’échange de données entre WhatsApp et Facebook est plus petite que le reste du monde – et n’implique certainement pas que vous devez avoir un compte FB pour utiliser WhatsApp, comme certains les gens ont compris.

“Il n’y a aucun changement dans les méthodes de partage de données de WhatsApp dans la région européenne, y compris au Royaume-Uni, résultant des conditions d’utilisation et de la politique de confidentialité mises à jour”, a expliqué la société. “Nous ne partageons pas les données des utilisateurs de l’espace européen avec Facebook dans le but de permettre à Facebook d’utiliser ces données pour améliorer ses produits ou publicités.”

«Aujourd’hui, Facebook n’utilise pas les informations de votre compte WhatsApp pour améliorer votre expérience avec les produits Facebook. Si nous décidons de partager ces données avec des entreprises Facebook à cette fin à l’avenir, nous ne le ferons qu’après avoir conclu un accord avec l’entreprise. Commission irlandaise de protection des données “.

Néanmoins, il y a eu une véritable ruée vers l’ouverture de comptes avec Telegram et Signal, les deux services connaissant un boom incroyable, avec des millions de nouveaux utilisateurs. Une confusion qui a attiré l’attention de l’autorité italienne de protection des données, qui a décidé de mettre en place une procédure d’urgence pour enquêter sur ce qui s’est passé.

“Le message par lequel WhatsApp a averti ses utilisateurs des mises à jour qui seront apportées, à partir du 8 février, des conditions de service – notamment concernant le partage de données avec d’autres sociétés du groupe – et les mêmes informations sur le traitement qui sera effectué de leurs données personnelles, ne sont pas claires et intelligibles et doivent être soigneusement évaluées à la lumière des règles de confidentialité. Pour cette raison, le garant de la protection des données personnelles a porté la question à l’attention de l’Edpb, le Conseil qui rassemble les autorités européennes de protection de la vie privée “,

lit une note
.

“Le Garant estime que, d’après les conditions de service et les nouvelles informations, il n’est pas possible pour les utilisateurs de comprendre quels changements ont été introduits, ni de comprendre clairement quel traitement de données sera effectivement effectué par le service de messagerie après le 8 février. Par conséquent, ces informations ne semblent pas appropriées pour permettre aux utilisateurs de WhatsApp d’exprimer une volonté libre et consciente. Le Garant se réserve le droit d’intervenir, de manière urgente, pour protéger les utilisateurs italiens et faire appliquer les règles de protection des données personnelles”.

On ne sait pas quels seront les effets de la procédure, mais WhatsApp a ajouté que “la mise à jour des politiques de confidentialité n’affecte pas la confidentialité des messages avec les amis et la famille”. Ni WhatsApp ni Facebook n’ont accès aux messages privés des utilisateurs, et toutes les conversations audio et vidéo restent également totalement privées. Les journaux des utilisateurs liés aux messages ou aux appels restent également privés et ne sont pas enregistrés à distance. Il en va de même pour les positions partagées, les coordonnées et la participation à des groupes, des données qui restent absolument privées et appartiennent uniquement et exclusivement aux personnes directement concernées.

Suivez-nous sur le nôtre
Chaîne Instagram, beaucoup de nouveautés à venir!

.